Le "régime gras"

Il existe un moyen de perdre du poids sans s’affamer, d’améliorer sa santé et son confort de vie tout en se faisant plaisir. Pas de pilule miracle ici : il s’agit d’une façon de s’alimenter mise au placard depuis quelques décennies, mais qui mérite largement d’être (re) découverte : l’alimentation cétogène (rebaptisé par une excellente amie, "le régime gras").

En voici une brève présentation pour satisfaire votre curiosité.

(Cet article est adapté de mon livre, MétamorphOSE!)

« Cétogène » , kesako ?

Cette alimentation doit son nom aux corps cétoniques. « Cétogène » veut dire « qui produit des corps cétoniques », parce qu’une alimentation très pauvre en sucres oblige l’organisme à se reposer sur les corps cétoniques pour trouver son énergie.

Les corps cétoniques sont trois composés aux noms complexes créés dans notre organisme à partir des graisses (acides gras). Deux de ces composés sont utilisés comme carburant par notre corps. Le troisième, l’acétone, est éliminé, ce qui donne une odeur particulière à l’haleine, la sueur et l’urine des personnes en cétose (c’est à dire qui produisent des corps cétoniques).

Manger céto permet de perdre beaucoup de poids, très vite, et sans avoir faim.

Ce processus de cétose survient par exemple pendant la nuit, quand le corps n’a plus de sucres à utiliser. La cétose n’est pas dangereuse. Il ne faut pas la confondre avec l’acidocétose, qui est un état dangereux rencontré chez les diabétiques dont la maladie n’est pas maîtrisée.

Comment manger « céto » ?

Le principe de cette alimentation est de vous reposer principalement sur les graisses pour fournir l’énergie dont votre corps a besoin.

Ainsi vous pouvez limiter très sévèrement la quantité de sucre qui entre dans votre organisme, afin de ne plus être la victime de coups de barre et de fringale. Une fois ce cercle vicieux écarté, votre corps pourra enfin fonctionner comme il le doit.

Oui au plateau de fromages… mais sans pain !

La fin des régimes pour lapins

En pratique, il faut renverser la pyramide alimentaire traditionnelle. Au lieu de reposer sur les céréales, votre alimentation repose sur les graisses. Ce sont elles qui en composent la base.

Au-dessus des graisses, votre pyramide comprend les protéines : les viandes, les poissons, les fromages et certaines graines. Vous savez comment estimer vos besoins en protéines. Il ne vous reste plus qu’à les satisfaire, sans trop en faire.

Au sommet de la pyramide, vous trouverez les glucides. La plupart seront apportés par les légumes et les fruits à coques.

Par contre vous devez oublier le pain, le riz, les pommes de terre, les céréales, les légumes secs et tous les féculents.

Tirez un trait sur tout ce qui contient de la farine, et tout ce qui a un goût sucré. Fini les pâtisseries, le sucre, le miel et les fruits.

« Passe-moi le saucisson, c’est pour mon régime… »

Vous pouvez faire deux exceptions : un peu de fruits rouges de temps à autre et des édulcorants si vous en ressentez le besoin. Je vous encourage cependant à ne pas abuser de ces aliments, surtout au début de votre changement d’alimentation. Plus vous entretenez le goût sucré, plus il sera difficile de décrocher du sucre. Et c’est bien là qu’est tout le défi de l’alimentation cétogène : apprendre à vivre sans sucre.

Cela vous semble impossible ?

J’étais du même avis. Jusqu’au jour où j’ai passé le pas « pour voir », il y a quelques années. Je n’imagine plus faire machine arrière.

Et vous, oserez-vous tester une alimentation différente ?

(Pour une présentation plus complète des principes et de la pratique d’une alimentation cétogène, je vous invite à consulter «MétamorpOSE!»)