La maladie dont personne ne vous parle

Aujourd’hui j’ai décidé de vous parler d’un sujet inhabituel pour ce blog : la première cause d’infertilité chez les femmes.

Je veux en parler car je n’en entends jamais parler en France, et pourtant cette maladie pourrait toucher (selon les estimations) entre 3% et 10% des femmes, et elle leur pourrit la vie.

Mais je ne suis pas totalement détachée de mes thèmes de prédilection, vous allez voir…

Commençons par le commencement: les symptômes

– règles très irrégulières, voire absentes ;

– année persistante ;

– surpoids important ;

– pilosité envahissante ;

– problèmes de fertilité.

Qu'est-ce que ces problèmes ont en commun?

Avez-vous entendu parler du syndrome de Stein-Leventhal ?

Cette maladie, aussi appelée polykystose ovarienne, n’est pas rare, mais elle est méconnue (en France, du moins) et donc rarement diagnostiquée.

Description

Pour faire court : les personnes atteintes souffrent d’un déséquilibre hormonal qui touche non seulement les hormones sexuelles (d’où les problèmes de règles, de fertilité et de pilosité) mais aussi l’insuline (d’où les problèmes de poids).

Traitements

Les traitements médicamenteux peuvent adresser les symptômes, mais jusqu’à présent ils ne règlent pas le problème dans son ensemble. Pour cela, le plus efficace reste une modification radicale de l’alimentation.

Et c’est là que je remonte sur mon dada préféré : l’alimentation cétogène

À vrai dire c’est ainsi que j’ai entendu parler de cette maladie la première fois : sur un forum dédié à l’alimentation cétogène, j’ai lu message après message de femmes atteintes par ce syndrome qui venaient partager leur joie d’être délivrées des symptômes et (souvent) de pouvoir enfin tomber enceinte après avoir passer des années à essayer sans succès.

La diète qui fonctionne, c’est donc la diète cétogène, dont j’ai déjà parlé.

Il faut donc : 

– arrêter les sucres (y compris naturels) et les féculents (y compris « complets ») ;

– manger des légumes verts à chaque repas ;

– manger des viandes et poissons de qualité ;

– manger de bonnes graisses comme les avocats, les noix et noisettes, les olives, l’huile d’olive et de coco.

La spécificité de la maladie conduit à limiter également

– les produits laitiers, qui augmenteraient la production de testostérone ;

– les dérivés du soja, depuis longtemps accusés d’influencer le système hormonal via les phytoestrogènes qu’ils contiennent ;

– tous les produits industriels (pâtisseries du supermarché, charcuterie, plats préparés…), dont les graisses transformées favorisent un état d’inflammation latent associé à la maladie. (Mais honnêtement n'importe qui a intérêt à éviter les aliments industriels.)

On peut aussi se faire plaisir avec quelques fruits rouges (fraises, framboises, myrtilles…) et du chocolat noir de qualité.

Ce changement d’alimentation peut sembler impossible à réaliser, mais les femmes qui s’y tiennent constatent souvent une amélioration de leur état (retour des règles, perte de poids) dès les premières semaines, et celles qui cherchent à concevoir y parviennent souvent au bout de quelques mois.

Bien entendu rien n’est garanti, et je ne possède pas de statistiques fiables sur les effets de l’alimentation cétogène sur l’ensemble des femmes atteintes de ce syndrome. 

Une étude dont les résultats sont disponibles ici (en anglais) semble prometteuse, mais elle a été réalisée sur un nombre réduit de sujets (11 femmes au début, dont seules 5 ont terminé le programme de 24 semaines). Les femmes qui ont suivi le programme jusqu’au bout ont cependant vu leur cycle hormonal, leur poids et leur pilosité s’améliorer, et 2 sont tombées enceintes malgré leurs problèmes d’infertilité précédemment rapportés.

Je pense donc que si vous souffrez des symptômes listés en début de cet article, et que vous en avez assez, cette méthode vaut le coup d’être testée.

Si vous voulez en savoir plus sur les applications thérapeutiques de l’alimentation cétogène, je vous renvoie vers cet article (en anglais).

Si vous connaissez quelqu’un que cet article pourrait aider, faites-lui suivre !