nos chères petites bactéries

Il est temps de vous avouer un truc bizarre sur moi : je suis une fan du microbiote.

Du ouat ?

Le microbiote, c’est ce que l’on appelle communément la flore intestinale. Et ces dernières années, on en a découvert de belles sur les petites bêtes qui vivent dans notre ventre.

Si je vous disais que 99 % de l’ADN de votre corps ne vous appartient pas ? Qu’il n’est même pas humain ? Vous me prendriez pour une illuminée ? Et pourtant, c’est la science qui le dit : 90 % de l’ADN de notre corps appartient en fait aux bactéries qui l’habitent en toute discrétion. ET comme 90 % de ces bactéries résident dans notre intestin, on peut en conclure qu’il y a du monde et une sacrée activité dans notre charmant bidon.

Que font donc ces bactéries ? Elles nous rendent d’immenses services. Jugez plutôt :

– elles finissent la digestion des restes d’aliments parvenus dans notre gros intestin et en extraient de précieux nutriments ;

– elles fabriquent des vitamines (notamment du groupe B) ;

– elles informent notre système immunitaire et lui apprennent à reconnaitre une bactérie quand il en croise une ;

– elles détruisent des toxines et les restes de médicaments qui n’ont pas été utilisés par notre corps ;

– elles sécrètent une vingtaine d’hormones, dont la sérotonine, « hormone du bonheur » ;

– non contente de contrôler notre humeur via les hormones, elles sont même soupçonnées de pouvoir piloter nos choix pour nous faire manger les aliments qui leur conviennent à elles…

Ce qui nous amène à la composition de cette flore intestinale.

Plusieurs centaines de types différents de bactéries cohabitent chez chacun d’entre nous, mais le mélange exact est particulier à chaque personne, et il peut changer selon ce que l’hôte donne à manger à ses petites bêtes.

Certaines bactéries dominent le terrain, et selon celles qui mènent la danse chez vous vous serez plus apte à digérer les végétaux et à en récupérer les moindres protéines (hello régime vegan) ou les féculents et les graisses (bonjour Mc DO). Sans compter que la composition de la flore peut même déterminer combien de calories nous tirons d’un repas donné, car certains microbiotes sont plus consciencieux que d’autres !

Et certaines bactéries moins sympas que les autres sécrètent même des toxines qui nous font prendre du poids. Pas cool les filles…

Maintenant que nous avons une idée de l’importance de la flore intestinale pour notre santé, notre humeur et notre silhouette, comment pouvons-nous prendre soin de nos gentilles bactéries ?

– par l’alimentation : manger plus de légumes et moins de sucre, plus de bonnes graisses et moins de graisses industrielles, plus de protéines et plus d’aliments fermentés (de la choucroute au kéfir en passant par le kimchi) ;

– en limitant le recours aux antibiotiques : parlez-en avec votre médecin, et si les antibios sont justifiés suivez bien ses recommandations puis filez à la pharmacie demander une cure de probiotiques ;

– en évitant de tout désir feutre chez vous. Si personne n’est malade à la maison, pas besoin de produits de ménage, de liquide vaisselle ou de savon antibactériens. Un coup d’eau de javel de temps à autre dans la caisse du chat et un peu de vinaigre pour rincer les légumes devrait suffire. (Pensez aussi à passer les planches à découper au lave-vaisselle, surtout après avoir découpé de la viande crue) ;

– moins évident à première vue : en dormant et en luttant contre le stress, car c’est un grand ennemi de l’équilibre de nos intestins.

Et si vous essaiyez un autre de mes dadas, la méditation ? ;)

(Photo: ZEISS Microscopy - E. coli EPEC actin podests on fibroblast cell culture)